Association des Plaisanciers d’Audresselles

Présentation

Editorial

De la mobilisation pour circuler et stationner sur le Domaine public maritime (DPM)

Plage d’échouage, les bateaux ont toujours été mis à la mer à partir de la plage par tous moyens humains ou mécaniques.

Aussi, quand la Direction départementale territoire et mer (DDTM) a posé, fin 2009 des panneaux d’interdiction de circuler aux tracteurs sur le DPM, les villages concernés ont vivement réagi.

Ainsi est officiellement née, le 25 janvier 2010, notre association

« pour la pratique traditionnelle de la pêche de loisir ainsi que la mise à l’eau à l’aide de véhicules motorisés d’embarcation ou d’engins nautiques pour la navigation sur la zone littorale  située sur la commune d’Audresselles »

En avril 2016, nous ajoutions « pour le respect des réglementations en vigueur concernant la pêche, la sécurité, la navigation, la protection de la faune et de la flore ainsi que le respect de l’environnement et du cadre de vie »

La période 2010-2014 fut une période de négociation avec la DDTM.

En avril 2014, nous recevions l’arrêté d’occupation temporaire (AOT) –valable 5 ans- de circuler et de stationner sur le DPM pour les seuls tracteurs, assorti d’une redevance annuelle à payer.

 

De la mobilisation pour continuer à pêcher le poisson

Pendant toutes ces années, la réglementation concernant la pêche de loisir n’a cessé de se durcir.

Ainsi , en 2012, nous avons décidé de rejoindre le comité des pêcheurs de loisir du nord-Pas de calais, rebaptisé Hauts de France et en 2016 de rejoindre la Fédération nationale des pêcheurs de plaisance et sportifs de France (FNPPSF).

Pour être encore plus fort face aux pouvoirs publics, la FNPPSF, elle même, se regroupait avec les 4 autres fédérations de plaisance pour constituer  -l’alliance française pour la promotion de la plaisance et des pêches de loisir en mer- puis avec d’autres partenaires –la confédération du nautisme et de la plaisance –

Celle-ci regroupe 9 millions de plaisanciers dont 2,5 millions de pêcheurs de loisir et son poids économique est de 5 milliard d’€ dont 2 pour la pêche de loisir.

En effet, depuis 2011, les arrêtés sur la pêche se multiplient : quotas sur la sole et le cabillaud, le marquage de certaines espèces, l’augmentation des tailles autorisées, l’encadrement des engins autorisés par bateau, le quota drastique et incohérent sur le bar, la pression pour un quota sur le homard ou encore le permis pêche en mer.

Notre fédération se bat pour faire évoluer cette réglementation qui injustement s’impose d’abord aux pêcheurs de loisir qui ne prélève que 2% des volumes déclarés et lutte pour que des mesures durables s’appliquent à toutes les pêches, professionnelles compris : même règle de taille pour tous, arrêt des pêches intensives sur les frayères, période de repos biologique, interdiction de chalutage dans la bande des 3 miles, interdiction de certains engins de pêche destructeurs de la faune et de la flore marine.

Pour faire avancer tous dossiers ,il convient d’être fort ; donc d’être regroupé et mobilisé afin de faire face à la puissance des organisations de la pêche professionnelle hostiles à toutes ces mesures proposées.

Si la commission européenne, nous écoute, il faut regretter l’absence totale de dialogue de la part des différents services de notre ministère de tutelle qui dans tous ces dossiers ne nous est d’aucune aide.

Nos interlocuteurs européens étaient prêt à faire évoluer le carcan de la réglementation qui s’impose à nous sur le bar en expérimentant la règle de 10 bars par mois et par pêcheur sur tout le littoral français. Malheureusement les ministres européens ont choisi de maintenir la règle actuelle d’1 bar par jour et par pêcheur au dessus du 48ème parallèle et de 5 en dessous.

Parce qu’il faudra 5 à 7 ans sans exploitation intensive pour que les mesures de rétablissement produisent leurs effets, il est grand temps de se mobiliser et de se rassembler pour que toutes les mesures restrictives s’imposent à toutes les pêches.

Et que dès 2018, la commission puisse imposer pour le bar, une pêche réservée aux métiers de l’hameçon ; les ligneurs et les pêcheurs de loisir seraient les seuls autorisés à pêcher le bar en respectant une période de repos biologique en février et mars. Pour les autres périodes, le quotas de la pêche de loisir serait de 10 bars/mois/pêcheur avec obligation de déclaration avant débarquement.

C’est parce que les études scientifiques prévoient une quasi disparition de certaines espèces à partir de 2050, que nous devons tous nous mobiliser pour aboutir à une pêche eco-responsable destinée à assurer une bonne préservation de la ressource dans les années à venir.

Le bureau des Plaisanciers d’Audresselles

Membres du CA

Bureau de l’Association des Plaisanciers d’Audresselles

Président : Monsieur Henri NOEL

Vice président : Monsieur Bernard GIROD

Secrétaire : Monsieur Maurice LEVISSE

Trésorier : Monsieur Antoine BENOIT

Nous contacter

Mairie d'Audresselles

Mairie d'Audresselles
16 Rue Pierre et Marie Curie
62164 AUDRESSELLES

audresselles@crplm.fr

Comment Adhérer

Règlement intérieur de l’association

Tarif 2017 :               Droit d’entrée 30€

                                   Cotisation annuelle Plaisancier 36€ + 14€  adhésion FNPPSF

                                   Adhésion simple 10€  (+ 14€ adhésion FNPPSF facultative)

1 – ADHESION

1 – Toute nouvelle adhésion sera examinée et acceptée par le bureau . L’inscription à l’association ne sera définitive qu’après : le paiement intégral de la cotisation, éventuellement du droit d’entrée, la présentation de l’assurance du véhicule et la signature du règlement intérieur.

2 – La remise d’une vignette à coller obligatoirement sur le tracteur confirmera l’adhésion.

 

2 – CIRCULATION ET STATIONNEMENT DES VEHICULES MOTORISES

1 – La mise à l’eau se fera uniquement par l’avenue des flobarts.

2 – un Arrêté d’occupation temporaire (AOT) du DPM fixe les règles de circulation et de stationnement des véhicules motorisés (tracteurs+4×4). L’association fournira à chaque adhérent pour chaque immatriculation déclarée, après paiement de la redevance fiscale, la vignette autocollante

Un avenant à ce règlement détaillera le plan de circulation et de stationnement sur ce DPM

3 – Du fait de la présence d’estivants sur le DPM, la vitesse doit être adaptée à leur présence et limitée à 10km/h maxi. Chacun est invité, aussi, à faire preuve de cordialité avec les autres usagers du DPM.

4 – Lors de leur stationnement, le moteur des véhicules motorisés devra être arrêté afin d’éviter toute nuisance sonore.

 

3 – ENVIRONNEMENT ET RESPONSABILITE

Chaque adhérent s’engage à

1 –A  respecter les réglementations en vigueur, concernant la pêche, la sécurité, la navigation,  la protection de la faune et de la flore du littoral, ainsi que le respect de l’environnement, du cadre de vie et  à prohiber tout rejet ou éviscérer les poissons à l’échouage.

2 – avoir un tracteur bien entretenu, sans fuite d’huile et de gas-oil, en bon état de fonctionnement et être en règle avec la législation en vigueur.

3 – faire preuve de solidarité, de responsabilité et de respect avec les autres membres, notamment à se porter éventuellement aide et assistance pour le transport et la mise à l’eau des bateaux.

4 – appliquer et respecter le présent règlement.

 

4 – EXCLUSION

Le bureau se réserve le droit d’exclure après avertissement, sans indemnité aucune, tout membre qui, par son manque de discipline, le non respect du règlement ou son comportement pourrait remettre en cause l’AOT délivré par le préfet.